Révélations à la commission Charbonneau

Gérald Tremblay continue de s'accrocher

Première publication 25 octobre 2012 à 12h06
Mise à jour : 25 octobre 2012 à 12h59
TVA Nouvelles

Le maire Gérald Tremblay a rencontré la presse ce midi alors que l'Hôtel de Ville de Montréal est plongé au cœur d'une importante controverse depuis plusieurs jours à la suite des révélations qui ont été faites à la commission Charbonneau.

Questionné à savoir s'il allait imiter son homologue lavallois, Gilles Vaillancourt, et se retirer temporairement, Gérald Tremblay a nié et continue de s'accrocher malgré les deux partis d'opposition qui réclament sont départ.

«J'ai une ville à gérer. Je suis passionné de cette ville depuis maintenant 11 ans et j'y consacre toutes mes énergies», a répondu le maire avant d'ajouter qu'il avait le mandat des citoyens pour diriger.

Admission de la corruption

Alors qu'il était resté plutôt prudent sur le sujet jusqu'à maintenant, le maire de Montréal a reconnu dans son allocution qu'il y avait un système de corruption et de collusion dans sa ville, mais s'est empressé de préciser qu'il ne datait pas d'hier.

«À la suite de ces témoignages [à la commission Charbonneau], la question que tout le monde se pose avec raison: est-ce qu'il y a de la collusion ou de la corruption à Montréal? Je réponds un oui affirmatif, mais cela existe depuis des décennies», a-t-il déclaré.

Gérald Tremblay a du même coup refusé d'aborder le sujet de son avenir politique, à savoir s'il sera candidat à la mairie en 2013.

Commissaire à l'éthique réclamé

Il n'y a pas que le maire de Montréal qui persiste et signe. L'opposition officielle maintient sa pression sur l'administration Tremblay et se tourne vers Québec dans l'espoir que le gouvernement Marois nomme un commissaire à l'éthique «avec des pouvoirs de sanction et d'enquête».

La chef de Vision Montréal, Louise Harel, a d'ailleurs écrit au ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, plus tôt aujourd'hui pour lui en faire formellement la demande.

«Au moment où les arrestations et les allégations de corruption constituent les principales actualités politiques montréalaises, je vous demande d'agir sans délai pour insuffler un élan nouveau à l'administration municipale montréalaise et redonner confiance aux Montréalais envers leur Hôtel de Ville et leurs élus», a écrit Mme Harel.

«Plus aucun lien de confiance»

De son côté, Projet Montréal accuse le maire Tremblay de se cacher la tête dans le sable pour éviter d'admettre son implication face aux allégations qui planent actuellement sur son administration.

«Le maire Tremblay se cache derrière la commission Charbonneau pour ne pas assumer sa responsabilité dans ce que Montréal a vécu depuis maintenant 11 ans qu'il est maire de Montréal. Ce sont des arguments qui ne valent pas», a tranché le chef de la deuxième opposition, Richard Bergeron.

Toujours selon M. Bergeron, Gérald Tremblay n'a plus la confiance des citoyens pour diriger la ville et promet que son administration sera «au minimum paralysée pour la prochaine année».

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.