Démissions imminentes

Union Montréal au bord de l'éclatement?

Première publication 12 novembre 2012 à 08h16
Mise à jour : 12 novembre 2012 à 18h25
TVA Nouvelles

Le parti municipal Union Montréal est sur le point d'imploser sous la pression des allégations de collusion et de corruption qui touchent plusieurs de ses membres élus.

En entrevue à LCN Matin, l'ex-président du comité exécutif, Michael Applebaum, a laissé entendre qu'il pourrait quitter sa formation politique dès cette semaine. Il n'exclut aucun scénario, dont la formation d'une coalition municipale avec les partis d'opposition.

Il s'agit d'une tuile supplémentaire qui s'abat sur la formation politique de l'ex-maire Gérald Tremblay, après une défaire électorale dans son château fort de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles dimanche.

Richard Deschamps sera le candidat à la mairie du parti Union Montréal lors du vote de vendredi. (Agence QMI)

«Tous les scénarios sont sur la table. Mon objectif est de reprendre la confiance de la population», a-t-il révélé. Les candidats au poste de maire par intérim ont jusqu'à jeudi, 16h30, pour se manifester. Le conseil de ville choisira son nouveau maire ce vendredi.

Des sources confirment par ailleurs qu'une vingtaine de conseillers d'Union Montréal pourraient quitter le navire, dirigé par Richard Deschamps, pour appuyer M. Applebaum. Ce dernier caresserait bien l'idée de se porter candidat à la mairie aux élections de novembre 2013.D'ici là, M. Applebaum aurait des visées sur le poste de maire par intérim.

Lundi, lors d'une séance spéciale du conseil municipal, le maire de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce à même émis le souhait de rencontrer Richard Deschamps (Union Montréal), Louise Harel (Vision Montréal) et Richard Bergeron (Projet Montréal) afin de trouver un accord sur l'identité du successeur de Gérald Tremblay à la tête de la ville.

« Je pense que je suis bien placé pour discuter de ça », a-t-il lancé.

La goutte d'eau

Le rapport sur les dépassements de coût des travaux de construction à Montréal, dont l'existence a été dévoilée par M. Applebaum, fut la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour plusieurs.

Plusieurs élus n'ont pas digéré la décision du comité exécutif de ne pas dévoiler le document. «La collusion est complètement inacceptable. Cacher un rapport l'est encore plus», argue M. Applebaum.

Pour Denis Coderre, imminent candidat à la mairie de Montréal, il n'est pas question non plus de prendre les rênes du parti au pouvoir. Qui plus est, il remet en question la pertinence d'un parti politique sur la scène municipale.

Le bouillant député de Bourassa pourrait opter pour la création d'une «équipe» composée «d'hommes et de femmes qui, pendant un mandat ou deux, se disent qu'ils ont envie de remettre Montréal sur la "map"», a-t-il confié en entrevue à Larocque-Lapierre.

L'ex-maire Tremblay éclaboussé

Interrogé par TVA Nouvelles ce dimanche, l'ex-directeur général de la Ville Robert Abdallah soutient que l'ex-maire Gérald Tremblay était présent lorsqu'il a informé le Comité exécutif qu'il coûtait de 30 à 40% plus cher pour effectuer certains travaux sur l'île de Montréal.

Robert Abdallah, ex-directeur général de la Ville de Montréal. (Agence QMI)

«Monsieur Tremblay était là et tous les membres de l'exécutif étaient présents. Tout le monde. Je n'exclus personne. Est-ce qu'on a caché des informations?, questionne Abdallah. Non! Jamais! Ce n'est pas juste odieux (de l'affirmer), je trouve ça invraisemblable.»

Aux prises avec cette nouvelle patate chaude, les élus montréalais se renvoient la balle. Georges Bossé, membre comité exécutif de 2002 à 2005, est l'un de ceux qui réfutent la version de M. Abdallah.

«Est-ce qu'on a eu le rapport entre les mains? Je ne pense pas. Je n'ai pas mémoire qu'on ait déposé un rapport», a-t-il déclaré. Il confirme cependant que le comité exécutif s'est penché, dès le début des années 2000, sur la problématique des coûts élevés des travaux de construction à Montréal.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.