Premier maire anglophone depuis 1910

Michael Applebaum élu à Montréal

Première publication 16 novembre 2012 à 13h03
TVA Nouvelles

À lire également:

Michael Applebaum a remporté une majorité d'appuis au conseil municipal pour devenir le maire intérimaire de Montréal et remplacer Gérald Tremblay. Son mandat prendra fin le 3 novembre 2013, à l'issu des prochaines élections municipales.

Trente-et-un votes sont allés à Michael Applebaum alors que son adversaire, Richard Deschamps, en a obtenu 29. Soixante-trois élus pouvaient se prononcer par vote secret. Trois bulletins ont été rejetés lors du dépouillement.

Michael Applebaum et Richard Deschamps après le vote. (photo: Agence QMI)

Jusqu'il y a une semaine, le candidat d'Union Montréal partait favori grâce à l'appui de son caucus, alors majoritaire au conseil municipal. Or, la démission du président du comité exécutif Michael Applebaum, le 9 novembre, a chamboulé l'échiquier politique et redéfini les rapports de force.

Sa démission a emporté dans son sillage 11 élus d'Union Montréal qui ont déserté la formation politique pour l'appuyer. Les propositions présentées par Applebaum aux partis de l'opposition ont vraisemblablement ravi les élus de Vision Montréal et de Projet Montréal.

Les élus après le vote. (photo: Agence QMI)

Il a notamment promis de constituer un comité exécutif de coalition et de réduire la hausse de taxe prévue dans le dernier budget de 3,3% à 2,2%. Richard Deschamps a pratiquement calqué son programme sur celui de son adversaire, ce qui a fragilisé sa crédibilité selon plusieurs élus au conseil.

James John Edmund Guerin

Michael Applebaum devient le premier maire anglophone de la métropole du Québec depuis 1910. Au sein de son ancienne famille politique, cela aurait suscité un certain malaise au sein du caucus.

À l'instar du premier maire anglophone, Michael Applebaum s'installe à l'hôtel de ville au moment où les allégations de collusion et de corruption se succèdent et plombent la confiance citoyenne
Le choix de Richard Deschamps comme porteur de ballon d'Union Montréal ne serait pas indifférent au fait que M. Applebaum s'exprime en français avec un fort accent. Questionné sur sa maîtrise de la langue de Molière, le principal intéressé répond par une boutade: «Demandez aux femmes, à vos auditrices, ce qu'elles en pensent! Elles me disent que c'est charmant».

L'élection du dernier maire anglophone de la métropole remonte à 1910. James John Edmund Guerin avait occupé la fonction de premier magistrat de la Ville pendant deux ans. À la fin du 19e siècle s'installe par ailleurs une tradition d'alternance entre maires francophones et anglophones. C'est en 1914 que le populiste maire Médéric Martin met fin à cette pratique.

À l'instar de James Guerin, Michael Applebaum s'installe à l'hôtel de ville au moment où les allégations de collusion et de corruption se succèdent et plombent la confiance citoyenne.

Les conclusions de l'enquête Cannon, menée en 1909, ne sont pas sans rappeler les allégations de collusion et de corruption qui planent aujourd'hui sur la Ville: l'administration était gangrénée par la corruption, le patronage et le favoritisme.

Ramener un climat de sérénité

Pour ramener un climat de sérénité, le maire Applebaum entend mettre de l'avant ses qualités de rassembleur. Il estime notamment que c'est en dépassant les clivages partisans que la Ville peut se relever de la «crise actuelle».

(Agence QMI)

«Nous devons avoir un comité exécutif cohérent, composé de membres de tous les partis. Les citoyens pourront avoir confiance de nouveau en leurs élus», a-t-il déclaré lors de la période de question des citoyens vendredi matin à l'hôtel de ville.

18 ans de carrière municipale

Agent immobilier de profession, Michael Applebaum a été élu conseiller municipal pour la première fois en1994. Il est maire d'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce depuis 2002.

En 2009, il a été promu au comité exécutif en 2009 où plusieurs dossiers lui ont été confiés, dont celui des sports et loisirs. Deux ans plus tard, Gérald Tremblay le nomme à la tête du comité exécutif. Il a démissionné de son poste le 9 novembre dernier et il a annoncé son intention de briguer le poste de maire intérimaire de Montréal à titre de candidat indépendant.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.