Rétrospective

2012, une année «chaude» à Laval

Première publication 3 janvier 2013 à 08h55
2012, une année «chaude» à Laval
Crédit photo : Agence QMI
L'ex-maire Gilles Vaillancourt et le maire par intérim Alexandre Duplessis.
Par M. Courchesne et G. Plourde | Agence QMI

La démission du maire Gilles Vaillancourt, le projet de la Place Bell, la grève étudiante au Collège Montmorency, voilà autant de sujets qui ont retenu l'attention des Lavallois au cours des 12 derniers mois.

Encore une fois cette année, L'Écho de Laval dresse un bilan de fin d'année avec quelques faits marquants de 2012.

Coupes budgétaires à la commission scolaire

L'année 2012 a bien mal commencé pour des élèves, des parents et des membres du personnel de la Commission scolaire de Laval (CSDL).

(Agence QMI)

En janvier, la CSDL a annoncé que des compressions toucheraient notamment le transport scolaire, la formation professionnelle et les services aux élèves handicapés et en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA). La commission scolaire a aussi annoncé qu'elle cherchait des moyens pour que le programme musical s'autofinance dès la rentrée 2013-2014.

Toute l'année, la présidente de la CSDL, Louise Lortie, a répété le même message: les compressions ont été rendues nécessaires en raison des réductions de crédits imposées par Québec, la CSDL est l'une des commissions scolaires les mieux gérées dans la province et il n'y a pas de marge de manœuvre pour couper dans les services administratifs (qui utilisent à peine plus de 4 % du budget total).

La commission scolaire n'est peut-être pas au bout de ses peines. Québec a annoncé d'autres réductions de crédits en juin dernier, et le budget provincial de novembre annonçait une réduction de la péréquation versée aux commissions scolaires.

Le rêve du complexe multifonctionnel prend forme

L'ancienne administration Vaillancourt en avait fait un enjeu de la dernière campagne électorale. Le complexe multifonctionnel culturel et sportif de Laval devrait finalement voir le jour en 2015.

Au cours de la dernière année, le dossier a défrayé les manchettes à quelques reprises. En début d'année, on apprenait que la gestion de la portion centrale du projet, une glace avec 10 000 sièges, était confiée à Evenko.

(Agence QMI)

Bell, de son côté, allait voir son nom être associé au bâtiment. Dans le courant de l'été, les résultats d'analyse du site projeté, l'ancien Carré Laval, révélaient que le sol était instable. En octobre, l'administration municipale annonçait le déménagement du projet sur un site situé en face de la station de métro Montmorency.

Quelques semaines plus tard, Québec demandait à ses vérificateurs de passer à la loupe le dossier de la Place Bell et son organisme à but non lucratif (OBNL) chargé de voir à la réalisation de l'amphithéâtre.

Montmorency en grève

Le «printemps érable» a sans aucun doute marqué l'année 2012. Une grande proportion d'étudiants partout au Québec ont manifesté contre la hausse annoncée des frais de scolarité.

(Agence QMI)

À Laval, les étudiants du Collège Montmorency ont voté pour la grève le mardi 13 mars. Le retour en classe a eu lieu cinq mois plus tard, soit le 16 août.

Et comme plusieurs autres régions du Québec, Laval a aussi entendu résonner les casseroles, à la fin du mois de mai, quoique les rassemblements étaient toujours modestes.

La défaite d'un champion

Le parcours du Lavallois d'adoption Lucian Bute était sans taches avant son affrontement avec le champion anglais Carl Froch, le 26 mai dernier. Lorsque les deux pugilistes ont croisé le fer à Nottingham, les amateurs de boxe étaient en droit de s'attendre à un duel épique.

(Agence QMI)

Malheureusement, dans un combat dominé par le favori local, le champion roumain s'est avoué vaincu en cinq rondes. Une défaite difficile pour Bute qui a laissé planer un doute sur son futur professionnel avant de remonter dans le ring en novembre dernier.

En 2013, Lucian Bute tentera de redorer son image entachée par le revers sans équivoque subi aux mains de Froch.

Un Mondial de grandes vedettes, mais moins populaire

En dépit de la présence de grandes vedettes internationales, Sarah McLachlan, LMFAO et Aerosmith, le Mondial Loto-Québec de Laval 2012 a attiré 200 000 visiteurs de moins que la précédente édition.

(Agence QMI)

Malgré tout, la direction du festival, Grégory Charles en tête, se dit satisfaite de la tenue de l'évènement cette année. L'organisation a indiqué qu'il n'y aurait pas de déficit, mais un léger surplus qui servira à éponger le déficit accumulé qui atteignait 500 000 $ avant la présentation du Mondial de cette année. L'édition 2013 se tiendra du 19 juin au 7 juillet prochain.

Laval aux Olympiques

Plusieurs athlètes ont fait la fierté de la région aux Jeux olympiques de Londres l'été dernier. Jennifer Abel a remporté le bronze au plongeon synchronisé de 3 m avec sa coéquipière Émilie Heymans.

Jennifer Abel. (Agence QMI)

Toujours en plongeon, Roseline Filion a aussi remporté le bronze avec sa coéquipière Meaghan Benfeito, cette fois au 10 m synchronisé. Geneviève Bélanger (nage synchronisée), Martine Dugrenier (lutte), Sandra Sassine (escrime), Joëlle Numainville (cyclisme), Stéphanie Dubois (tennis) et Alexandre Despatie (plongeon) ont aussi représenté Laval à Londres. Ce dernier a connu une compétition plutôt décevante.

Une blessure à la tête survenue plus tôt cette année l'avait empêché de bien se préparer. Pour sa part, Brendan Gaulin a participé aux Jeux paralympiques, en goal ball.

L'entreprise lavalloise Show Canada s'est également démarquée en produisant la scène principale de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres.

Élection de Léo Bureau-Blouin

Les électeurs de Laval-des-Rapides ont élu Léo Bureau-Blouin, 20 ans, lors des élections provinciales du 4 septembre dernier. Figure emblématique du mouvement étudiant, M. Bureau-Blouin a ainsi défait le libéral sortant Alain Paquet.

(Agence QMI)

Au cours de la campagne, il avait notamment promis de verser 25 % de son salaire à des organismes communautaires. Récemment, il a d'ailleurs annoncé la création de la Fondation Bureau-Blouin et d'une plateforme de consultation citoyenne, réalisant ainsi un autre de ses engagements.

Une autre candidate péquiste, Suzanne Proulx, a été élue, cette fois dans Sainte-Rose. Les quatre autres circonscriptions de Laval sont restées entre les mains des libéraux.

Accurso se retire

Depuis les quatre dernières années, son nom est constamment revenu dans l'actualité. L'entrepreneur Tony Accurso aura été, à nouveau cette année, au cœur de nombreuses discussions portant sur des allégations de corruption et de collusion du milieu politique avec le domaine de la construction.

Tony Accurso. (Agence QMI)

Après que ses entreprises eurent été à nouveau la cible de perquisitions policières, Tony Accurso a été appréhendé à deux reprises, en trois mois, par les agents provinciaux et fédéraux pour des crimes à caractère économique.

En octobre, le controversé homme d'affaires fait une annonce-choc en annonçant la mise en vente de ses entreprises, qui emploient plus de 3 500 personnes, dont les fleurons Louisbourg Construction et Simard-Beaudry.

L'UPAC bien présente sur l'île Jésus

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) et l'escouade Marteau ont effectué de nombreux allers-retours Montréal-Laval au cours des 12 derniers mois.

(Agence QMI)

Ils ont été particulièrement actifs à l'automne en frappant, notamment, l'ex-maire Gilles Vaillancourt à trois reprises. Trois saisies ont été faites à son domicile, dans un condo qu'il louait ainsi que dans ses coffrets de sûreté localisés dans des établissements bancaires.

Les policiers auront aussi débarqué, en octobre et novembre entre autres, chez des entrepreneurs en construction et des firmes de génie-conseil en plus de perquisitionner les bureaux de l'ancien parti du maire Vaillancourt le PRO des Lavallois.

Gilles Vaillancourt quitte après un règne de 22 ans

Après avoir passé les 22 dernières années à la tête de la ville, Gilles Vaillancourt annonçait, le 9 novembre dernier, son départ de la vie politique.

(Agence QMI)

Bien que les rumeurs et allégations de toutes sortes le visaient depuis de nombreuses années, celui qui était impliqué en politique municipale depuis près de 40 ans semblait inébranlable.

Cependant, les perquisitions policières de l'automne, le visant personnellement, et la forte pression se multipliant ont eu raison du maire lavallois, à la tête d'un conseil municipal sans opposition depuis 10 ans.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.