Chats

Une clinique d'implantation de micropuces dans Saint-Laurent

Première publication 3 janvier 2013 à 15h04
Une clinique d'implantation de micropuces dans Saint-Laurent
Le maire de l'arrondissement, Alan DeSousa, a assuré que le travail sera fait en collaboration avec la SPCA de Montréal.
Par Ève Lévesque | Agence QMI

L'administration de l'arrondissement de Saint-Laurent prévoit offrir en 2013 une clinique d'implantation de micropuces afin d'identifier rapidement les chats retrouvés.

Le maire de l'arrondissement, Alan DeSousa, a assuré que le travail sera fait en collaboration avec la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal.

«Il reste à choisir le moment le plus opportun et l'endroit qui joindra le plus de gens possible, a expliqué M. DeSousa. Il faut qu'il soit accessible par transport en commun et que, sur place, on puisse avoir accès à d'autres services.»

M. DeSousa a expliqué ne pas vouloir s'arrêter au point de vue budgétaire de ce projet. «Oui, ça peut coûter cher à court terme, mais à long terme, nous économisons», a-t-il indiqué.

L'arrondissement prend différentes initiatives depuis 2004 en matière de gestion d'animaux de compagnie, et en particulier des chats, qui représentent 72% des animaux recueillis par la SPCA. D'autant que près de 66% d'entre eux sont euthanasiés.

«Depuis 2004, environ 550 chats errants ont été stérilisés, a-t-il noté. Imaginez-vous si tous ces chats s'étaient reproduits.»

«Tout ça concorde avec notre objectif de respecter les animaux, et de réduire le nombre des abandons, a souligné M. DeSousa. Pour les personnes du troisième âge, les familles, ou les enfants qui perdent leur animal de compagnie, c'est une grosse perte. Quand on est en mesure de retourner les animaux à leur famille, ils sont aimés, soignés, etc. C'est comme un membre de la famille. Notre objectif c'est aussi de valoriser le traitement des animaux.»

En 2011, l'arrondissement a instauré un programme de licences, qui permet de retrouver les propriétaires de chats perdus, et en 2012, il a adopté un règlement favorisant une vision intégrée de la gestion animalière. Au cours de cette dernière année, le nombre de chats apportés par des citoyens de Saint-Laurent à la SPCA de Montréal a baissé de 9%, et le nombre d'euthanasies de 6%.

De son côté, la Ville de Montréal prévoit investir 23 millions$ dans un centre de gestion animalière d'ici 2014. Richard Deschamps, qui était vice-président du comité exécutif lors de l'annonce, en octobre, avait aussi dévoilé la mise en place de clinique de stérilisation en tant que projets pilotes auprès de populations plus démunies.

Le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, a tenu tout de même à rappeler que le meilleur moyen de réduire les statistiques d'abandon et d'euthanasie demeure la stérilisation.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.