Conseils municipaux musclés

La police au service du maire de Saint-Bruno?

Première publication 4 janvier 2013 à 13h08
TVA Nouvelles

Les tensions sont vives lors des conseils municipaux à Saint-Bruno-de-Montarville, et plus particulièrement depuis la présence de policiers responsables de faire respecter le décorum dans la salle du conseil.

Une vidéo placée sur YouTube par le site 99% Média montre les interventions nombreuses d'agents de police qui doivent expulser des citoyens à la demande du maire, Claude Benjamin.

Les citoyens expulsés jugent qu'on ne leur laisse pas poser leurs questions, qui seraient susceptibles de déranger le maire. Sur la séquence de 99% Média, une grande majorité des citoyens conteste ces expulsions jugées comme étant arbitraires.

D'autres remettent en question la présence de policiers, sur place depuis le 1er janvier 2012. Ils jugent poser des questions légitimes, et en avoir le droit, en tant que contribuables.

Le maire Benjamin se défend

Le maire Benjamin croit pour sa part que le montage effectué pour la séquence ne présente pas tout. « Quand je demande que quelqu'un soit expulsé, c'est que la démesure a été atteinte c'est-à-dire que des gens crient, des gens sacrent, font des doigts d'honneur, des gens font n'importe quoi, sauf respecter le bon ordre à l'assemblée.»

Le maire de Saint-Bruno, Claude Benjamin. (archives, Agence QMI)

Confronté par le journaliste de TVA Nouvelles, le maire n'a fait qu'ajouter: «pour le moins ils parlent fort, c'est presque des cris. C'est un montage que cette vidéo qui circule».

Le maire Benjamin a souligné que d'autres municipalités de la Rive-Sud, notamment Longueuil et Brossard, demandent aussi une surveillance policière durant les séances de conseil.

Il a dit que ni lui, ni les autres membres du conseil municipal n'ont jamais fait l'objet de menaces. Le maire a néanmoins soutenu que la présence policière est essentielle et que l'exercice demeure démocratique malgré la présence de policiers.

Les prises de bec lors des assemblées municipales seraient accentuées par le projet très contesté de la forêt des Hirondelles, situé tout juste à côté du parc national du Mont-Saint-Bruno, un territoire sur lequel un promoteur s'apprête à bâtir une trentaine de résidences cossues.

La prochaine assemblée du conseil aura lieu le 21 janvier prochain et se tiendra également sous surveillance policière.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.