Hydro-Québec

La centrale thermique démolie dès la semaine prochaine

Première publication 9 janvier 2013 à 18h58
La centrale thermique démolie dès la semaine prochaine
Crédit photo : Agence QMI
Par Julie Lambert | Agence QMI

Après sa fermeture complète en juin dernier, la démolition de la centrale thermique d'Hydro-Québec débutera dès la semaine prochaine et devrait durer environ un an.

«Le processus pour trouver une compagnie spécialisée dans le démantèlement a été complété cet été. C'est l'entreprise EDS Decommissioning qui procédera au démantèlement des installations qui se trouvent au-dessus du sol», a mentionné le porte-parole d'Hydro-Québec, Jonathan Petit.

La centrale, qui fonctionnait au mazout lourd et qui avait une capacité de production de 660 mégawatts, a cessé ses opérations en 2011 et la plupart des 82 employés qui y travaillaient ont été transférés dans les autres installations d'Hydro-Québec depuis l'annonce de sa fermeture.

Cette décision avait été prise par la société d'État qui jugeait que les coûts étaient trop élevés pour la rénover, d'autant plus qu'elle n'opérait qu'en période de pointe depuis 2008.

La centrale n'a fonctionné qu'une centaine d'heures en 2004 alors qu'elle n'a été en opération que pendant sept heures en 2010.

«Elle ne répondait plus aux normes et il n'était pas rentable pour Hydro-Québec de la remettre à neuf. Nous aurions perdu environ 25 millions $ par année pour la maintenir si nous l'avions rénovée. Nos autres installations, dont les nouveaux barrages Eastmain A et La Romaine, nous aideront à répondre à la demande sans que nous ayons recours à la centrale», explique M. Petit.

Les travaux de démolition commenceront dès la semaine prochaine pour ce qui est du bâtiment qui est coiffé de quatre cheminées et qui fait partie du paysage sorelois depuis la fin des années 1960.

Il ne restera par la suite qu'une dernière étape à réaliser pour compléter la démolition du bâtiment, dont les coûts sont tenus confidentiels en raison d'une entente commerciale avec la compagnie EDS Decommissioning.

«Nous irons certainement en appel d'offres pour les travaux qui resteront à effectuer dans le sol. Quand tout sera terminé, nous ne savons pas encore ce que nous ferons avec le terrain qui appartient à Hydro-Québec. Peut-être procéderons-nous à sa vente, mais rien n'est encore confirmé», conclut le porte-parole.

Rappelons que la fermeture définitive de la centrale avait soulevé en 2010 de vives réactions dans la région. L'ancien député péquiste de Richelieu, Sylvain Simard, avait d'ailleurs réclamé des compensations pour la perte d'emplois occasionnée par l'arrêt des opérations.

Plusieurs personnes ont toutefois salué cette fermeture puisque la centrale thermique était très polluante. Elle avait occasionné l'émission de 10 000 à 12 000 tonnes d'oxyde de soufre en 2003, un polluant qui est mis en cause dans la formation de pluies acides.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.