Boisé des Hirondelles

Le maire de Saint-Bruno rencontrera le commissaire au lobbyisme

Première publication 6 février 2013 à 15h55
Le maire de Saint-Bruno rencontrera le commissaire au lobbyisme
Crédit photo : archives Agence QMI
Claude Benjamin, maire de Saint-Bruno-de-Montarville.
Par Christian Lepage | Agence QMI

Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Claude Benjamin, et le promoteur du Boisé des Hirondelles, Paul J. Massicotte, se disent disponibles pour répondre aux questions du commissaire au lobbyisme du Québec, Me François Casgrain.

Me Casgrain souhaite rencontrer personnellement le maire Benjamin dans les prochaines semaines. Il veut se déplacer à Saint-Bruno afin de discuter avec le maire du controversé projet domiciliaire dans le boisé des Hirondelles, que souhaite développer le sénateur Paul J. Massicotte. Le commissaire s'intéresse aux liens possibles entre le maire et le sénateur.

Pas surpris

Le chef de l'opposition à Saint-Bruno, Martin Murray, a indiqué qu'il n'était pas surpris par l'intervention du commissaire au lobbyisme.

Il rappelle qu'il y a plusieurs mois, son parti avait fait des démarches afin de porter plainte au commissaire, mais le délai de prescription était passé. «C'est une situation qui pourrait être lourde de conséquences pour le maire», a dit M. Murray.

Le commissaire a vu récemment une vidéo tournée durant la séance du conseil municipal du 20 février dernier où on entend le maire de Saint-Bruno commenter deux rencontres qu'il a eues avec le promoteur Paul Massicotte, qui veut construire 30 maisons de luxe dans le boisé des Hirondelles. Le sénateur Massicotte ne s'est jamais inscrit au Registre des lobbyistes du Québec, un geste maintenant obligatoire au Québec pour un homme d'affaires qui veut rencontrer un élu.

Le commissaire veut des explications de la bouche même du premier magistrat de Saint-Bruno. «Le commissaire Casgrain veut parler au maire», affirme la directrice des communications du commissaire au lobbyisme, Émilie Giguère. «Il veut avant tout s'assurer que les élus et les fonctionnaires comprennent bien la loi.»

Le commissaire veut également poser des questions sur le projet immobilier. «Il ne s'agit pas d'une enquête, loin de là, plutôt d'une démarche informative», précise Mme Giguère.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.