UQAM

Les étudiants veulent leur soupe populaire

Première publication 7 février 2013 à 23h37
Les étudiants veulent leur soupe populaire
Crédit photo : Agnès Chapsal, Agence QMI
Des étudiants de l'UQAM réclament l'instauration d'un dîner populaire.
Par Agnès Chapsal | Agence QMI

Une petite centaine d'étudiants soupent le jeudi soir au deuxième étage du pavillon Judith-Jasmin de l'UQAM pour revendiquer l'instauration d'un dîner populaire.

Assis par terre ou attablés, les étudiants sont surveillés par deux agents de sécurité, leur action n'étant pas autorisée par l'université. Pour le groupe autonome, le Ras-le-bol, à l'origine de cette initiative, il s'agit de faire pression.

«On veut un service de restauration végétalienne gratuit et une cuisine pour nourrir les étudiants du lundi au vendredi», a expliqué Alexandre Beaudry, membre du Ras-le-bol et étudiant de maîtrise en sciences politiques à l'UQAM.

(Crédit photo: Agnès Chapsal, Agence QMI)

Le groupe a en vue une cuisine, des tables et des chaises au deuxième étage du pavillon.

«Cela fait quatre fois que ce type de projet soumis par d'autres personnes est rejeté par l'administration de l'UQAM», a soutenu Alexandre Beaudry. Il reconnaît que le Ras-le-bol n'a fait aucune démarche auprès de l'administration, ce que cette dernière a confirmé.

L'année dernière, l'administration aurait argué que les étudiants n'en avaient pas besoin et qu'une telle offre concurrencerait la cafétéria au rez-de-chaussée du pavillon, selon l'étudiant.

Pour les étudiants démunis, une soupe populaire présente une alternative aux prix pratiqués par les cafétérias et les restaurants au sein de l'UQAM, dont les tarifs sont comparables à ceux de certains restaurants de Montréal.

Deux modèles

Le groupe souhaite prendre exemple sur le Midnight Kitchen à l'Université McGill et le People's Potato à l'Université Concordia.

Dans le premier, des bénévoles font la cuisine, la vaisselle et gèrent les denrées. Des dîners végétaliens sont servis tous les jours et l'université subventionne une partie des activités. Pour sa part, le People's Potato qui appuie le Ras-le-bol, sert plus de 400 repas par jour et reçoit le soutien de Moisson Montréal. L'organisme a été créé en 1999.

Le prix des denrées alimentaires et les frais de scolarité mettent certains étudiants, notamment ceux qui sont parents, dans des situations de grande précarité. Selon le bilan faim de Moisson Montréal, le nombre d'étudiants qui ont recours aux banques alimentaires a triplé (313,7%) entre 2008 et 2011.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.