Conflit étudiant

Amir Khadir arrêté lors d'une manifestation à Québec

Première publication 5 juin 2012 à 22h11
Mise à jour : 6 juin 2012 à 00h03
Par Jean-François Racine | Agence QMI

Le député de Mercier Amir Khadir a été arrêté et menotté lors de la manifestation de mardi soir, à Québec.

(photo: Le Journal de Québec)

Le politicien qui aura 51 ans dans quelques jours était parmi le groupe de marcheurs qui ont pris le départ devant l'Assemblée nationale, vers 20h45. Dès les premières minutes, la manifestation a été déclarée illégale par les autorités policières. «Ils sont partis dans une direction différente que celle prévue» a expliqué Marie-Ève Painchaud, porte-parole de la police. Les manifestants ont été informés qu'ils risquaient une arrestation.

Le cochef de Québec solidaire a circulé avec le groupe sur la rue Saint-Jean, près de l'hôtel de ville et du Château Frontenac. La situation s'est corsée dans la côte de la Montagne, où l'équipe de contrôle de foule est sortie pour freiner les troupes.

(photo: Le Journal de Québec)

Un mur étanche a été érigé par l'anti-émeute près d'un escalier du Vieux-Québec. Quelques échanges musclés se sont produits et plusieurs manifestants ont été repoussés violemment. L'escouade canine et le maître-chien étaient sur place.

Groupe isolé

Un périmètre a été tracé pour isoler les gens en état d'arrestation. Amir Khadir est demeuré calme, au centre du groupe d'une soixantaine de personnes. Il a fait quelques appels. «Nos droits constitutionnels sont protégés. Je ne sais pas pourquoi nous sommes arrêtés», a-t-il brièvement commenté.

À ce moment, la foule scandait «Charest dehors, Khadir premier ministre !».

Deux autobus du RTC sont arrivés par le haut de la côte. Un par un, les manifestants ont été menottés derrière le dos avec des attaches de plastique. Amir Khadir a été l'un des premiers à pénétrer à l'intérieur du véhicule. Il est demeuré assis à l'arrière en discutant avec les autres près de lui. Il n'a pas tourné la tête vers les caméras.

Vers 22h30, les autobus ont quitté vers la centrale du parc Victoria. La côte de la Montagne a été rouverte à 22h45.

Chaque personne devait recevoir un constat d'infraction de 494 $ en vertu de l'article 500.1 du Code de la sécurité routière. Une fois l'identification complétée au poste, les gens devaient être libérés.

 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.