Forum mondial sur la langue française

Labeaume et Charest inquiets par l'appauvrissement du français

Première publication 2 juillet 2012 à 08h33
Mise à jour : 2 juillet 2012 à 19h02
Labeaume et Charest inquiets par l'appauvrissement du français
Crédit photo : Agence QMI
Plus de 1000 personnes étaient attendues au Forum mondial sur la langue française.
Par Rémi Nadeau | Agence QMI

Le premier Forum sur la langue française s'est ouvert lundi à Québec sur fond d'inquiétudes, exprimée tant par le maire Régis Labeaume que le premier ministre Jean Charest.

Premier à s'adresser aux quelque 1000 participants réunis au centre des congrès, le maire de Québec a manifesté sans ambages sa préoccupation devant l'appauvrissement de la langue française.

«J'espère que vous comprenez que nous sommes inquiets quant à l'avenir de notre langue. Nous souhaitons sincèrement que vous en prendrez conscience», a-t-il lancé, avant de s'adresser directement à la plus jeune génération, largement représentée sur le parterre.

«Vous, les jeunes, avez une responsabilité énorme sur les épaules, c'est entre vos mains que nous remettrons bientôt l'avenir du français.»

Régis Labeaume leur a rappelé que, par sa situation historique et géographique, le Québec a dû se montrer plus que vigilant pour se protéger «des assauts» de l'anglais, majoritaire sur le continent.

«Pour une question de survie, nous avons privilégié le magasinage au shopping, le stationnement au parking, le courriel au e-mail et j'en passe», a-t-il illustré, déplorant à nouveau les nombreux recours aux anglicismes en France.

Appel de Charest

Jean Charest a aussi lancé un appel aux jeunes et à l'unification des forces francophones à travers le monde pour éviter un déclin de la langue.

«Il existe une certaine désaffection à l'endroit du français. Il semble en perte de vitesse au sein des instances européennes et en Europe, le monde des médias et de la publicité a plutôt fait de l'anglais la langue d'usage», a signalé le premier ministre.

Il a invité les participants du forum à ne pas se décourager, ni à fermer les yeux devant certains constats préoccupants.

«Je ne crois pas à la fatalité du recul qui entraînerait le français vers son déclin. La promotion du français et du multilinguisme est un défi politique commun, et sans une action concertée des États, rien d'important ne pourra être accompli», a martelé M. Charest.

Harper interrompu

Si le Secrétaire général de la francophonie, Abdou Diouf, a aussi convié les congressistes à se comporter en «indignés linguistiques», le premier ministre du Canada, Stephen Harper, n'a pour sa part témoigné aucune préoccupation.

Se contentant de souligner qu'il était «fier de la cohabitation des deux langues nationales», le fait saillant de son allocution est survenu lorsqu'il a été interrompu par un citoyen en colère.

Alors que M. Harper venait de prononcer quelques mots en anglais, un jeune homme est sorti de nulle part en criant «stop Harper, stop Charest, levez-vous, citoyens, on a besoin de vous».

Un garde du corps de Jean Charest et un membre de la GRC l'ont rapidement maîtrisé et expulsé de la salle.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.