Registre public des pédophiles

Une entreprise risquée

Première publication 27 septembre 2012 à 19h23
TVA Nouvelles

Est-ce qu'un pédophile ou un agressseur sexuel habite dans votre quartier?

Une question à laquelle il est pratiquement impossible de répondre, au Québec, puisque le Registre national des délinquants sexuels, sur lequel 25 000 personnes sont inscrites, n'est pas accessible au public.

5700 agresseurs québécois se retrouvent sur cette liste, dont 1500 sur l'île de Montréal et 576 dans le district judiciaire de Québec.

Dans certains états américains, des registres publics permettent d'avoir plusieurs renseignements sur les agresseurs sexuels. Sur Internet, le site Family Watch Dog permet entre autres de faire une recherche par ville afin de connaître l'identité et même l'adresse des criminels condamnés qui y habitent.

Mais la tenue d'un registre semblable serait difficilement possible et pas nécessairement souhaitable ici, croit l'avocat criminaliste Julien Grégoire, qui a défendu des pédophiles.

«La Charte canadienne et la Charte québécoise (des droits) prévoient que tous et chacun avons droit au respect de notre vie privée, à la dignité de notre réputation. Ils ont ce droit garanti qui fait en sorte que, si tant est qu'un registre brimait ou limitait ce droit-là, on pourrait en débattre et, certainement, conclure à une violation.»

Depuis un an, selon une compilation effectuée par le Journal de Québec, 325 personnes ont été accusées en lien avec des actes à caractère sexuel dans le seul district judiciaire de Québec.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.