Grippe et gastroentérite

L'Hôpital Laval fermé aux visiteurs

Première publication 3 janvier 2013 à 12h56
Mise à jour : 3 janvier 2013 à 17h21
TVA Nouvelles

Les trop nombreux cas de grippe et de gastroentérite chez ses patients forcent l'Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec (Hôpital Laval) à fermer ses portes aux visiteurs.

D'ici à lundi prochain, 14 h, et à moins d'avis contraire, aucune visite ne sera donc permise auprès des patients.

Ce matin, l'ICPQ comptait 43 patients atteints de la grippe et 15 patients atteints de gastroentérite. La direction a donc pris les grands moyens pour éviter la propagation de ces maladies, explique Joël Clément, porte-parole de l'établissement.

«C'est la première fois qu'on a deux virus qui arrivent en même temps. Et, comme nos patients sont déjà fragilisés, vulnérables, à cause de leur état de santé, on demande à la population de ne pas venir ici pour quelques jours.»

L'hôpital continue cependant de dispenser l'ensemble de ses services. D'ailleurs, les patients qui vont se présenter à l'urgence de l'ICPQ vont devoir mentionner s'ils présentent des symptômes de grippe ou de gastroentérite afin que le personnel hospitalier prenne les mesures appropriées.

L'interdiction des visites sera réévaluée quotidiennement par la direction de l'hôpital.

Urgences débordées

Ces restrictions arrivent alors que, comme partout ailleurs au Québec, les urgences des hôpitaux de Québec sont débordées, principalement à cause d'un grand nombre de cas de personnes âgées atteintes de la grippe.

Dans l'ensemble des urgences d'hôpitaux de Québec, on comptait 77 patients en surplus en fin de journée, dont 26 étaient en attente d'un lit depuis plus de 48 heures.

Directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda déplore qu'à peine 45 à 50 % des personnes à risque se fassent vacciner contre la grippe.

«On aimerait bien, particulièrement pour les groupes à risque, que les gens qui ont des maladies chroniques et les gens qui ont plus de 60 ans qui vivent dans la collectivité aient au moins une couverture vaccinale de 85 %. On est en-deçà de cela pour toutes sortes de raisons. Il y a des personnes qui ne croient pas à la vaccination et, d'autres, qui pensent que c'est un vaccin qui n'est pas efficace.»

Or, rappelle le Dr Arruda, la vaccination demeure le meilleur moyen d'éviter de contracter la grippe pour les personnes à risque.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.