Congestion aux urgences

Les infirmières essuient les insultes des patients

Première publication 15 janvier 2014 à 22h11
Les infirmières essuient les insultes des patients
Crédit photo : archives, agence QMI
Par Johanne Roy | Agence QMI

Incompétente, débile, salope...Voilà le genre d'insultes que les infirmières aux urgences subissent presque quotidiennement en cette période de forte congestion.

«Nous vivons constamment de la violence physique et verbale, a confié une infirmière qui a requis l'anonymat. Ces temps-ci, c'est particulièrement éprouvant, car le degré d'agressivité des patients est très élevé.»

Il n'est pas rare que les infirmières se fassent copieusement injurier ou cracher au visage par des patients excédés. Certains malades vont jusqu'à les bousculer ou les frapper.

À l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Québec, des patients ont été témoins, dans la nuit de mardi, d'une scène assez troublante, alors qu'un individu a tenté de frapper une infirmière et qu'il s'en est pris au médecin de garde.

Les policiers ont dû intervenir pour le maîtriser, selon ce qui a été rapporté au Journal de Québec.

Jusqu'à 15 heures d'attente

Lors de débordements importants aux urgences, des patients peuvent attendre jusqu'à 15 heures pour voir un médecin. Comme l'attente se prolonge, ils sont réévalués deux ou trois fois par l'infirmière au triage. L'impatience monte et c'est souvent elle qui écope.

Selon une enquête nationale réalisée en 2005 sur le travail et la santé du personnel infirmier, une infirmière sur trois déclarait avoir été agressée physiquement par un patient au cours de l'année.

Ces jours-ci, les urgences du Québec fonctionnent en moyenne à 140% de leur capacité normale, a expliqué le président de l'Association des médecins d'urgence du Québec, le Dr Bernard Mathieu.

«C'est inacceptable, mais routinier. Des salles d'examen sont embourbées par des patients, à cause du trop-plein à l'urgence. La salle d'attente est bondée, mais les médecins manquent de locaux pour examiner les malades. Parfois, il n'y a même plus de civières disponibles», décrie le Dr Mathieu, selon qui, l'ensemble de l'hôpital doit s'atteler à décongestionner l'urgence.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.