Minicentrale hydroélectrique à Val-Jalbert

Bernard Généreux dira non à la Coalition

Première publication 18 décembre 2012 à 20h23
Bernard Généreux dira non à la Coalition
Crédit photo : archives Agence QMI
Bernard Généreux
Par Jean Tremblay | Agence QMI

Le week-end dernier, la Coalition pour la sauvegarde de la chute Ouiatchouan annonçait que la MRC Domaine-du-Roy recevrait une demande pour décréter un référendum sur la construction de la minicentrale hydroélectrique à Val-Jalbert. Si on se fie au préfet Bernard Généreux, ils obtiendront comme réponse un refus catégorique.

«Trop peu, trop tard. Le référendum a eu lieu. Lorsqu'on a procédé au règlement d'emprunt, nous avons ouvert les registres. Cette démarche référendaire permettait aux gens qui le désiraient de s'opposer», a expliqué Bernard Généreux.

Le préfet a ajouté qu'il n'y avait aucune obligation d'adopter ce processus puisque le projet obtient son financement de la MRC. Plus d'une vingtaine de municipalités des deux MRC avaient ouvert leur registre.

Résultat sans équivoque

«On a pris sur nous de le faire quand même, sans y être obligé par la loi. Au préalable, nous avons fait parvenir dans tous les foyers des MRC Domaine-du-Roy et Maria-Chapdelaine l'état du projet avec toutes les explications requises».

Le préfet ajoute que le résultat fut sans équivoque.

«Ça prenait environ 600 signatures pour nous obliger à adopter une autre démarche de consultation. Nous n'avons reçu que 26 signatures.»

Bernard Généreux est d'avis que la MRC a fait tous les efforts possibles pour faire connaître le projet.

«Ceux qui désiraient s'opposer avaient la possibilité de le faire à ce moment. Il est trop tard. Le décret ministériel marque le début des travaux. On passe à autre chose.»

La Coalition travaille à l'envers

Du même coup, M. Généreux a assuré que l'organisme qu'il représente est en mode de réalisation. «Le processus de confirmer les contrats va de l'avant. Trop tard pour les débats sur l'acceptabilité.»

Le préfet a confirmé que la Coalition n'a pas encore déposé la requête pour demander un référendum.

«Ils publient des communiqués, déposent des vidéos sur YouTube, demandent une rencontre avec la première ministre. C'est comme travailler à l'envers. Ils n'avaient qu'à assister aux assemblées d'information comme tout le monde. La décision est irrévocable», a conclu Bernard Généreux.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.