La centrale de Val-Jalbert

Des pertes de 80 millions $ pour Hydro?

Première publication 21 décembre 2012 à 20h23
Des pertes de 80 millions $ pour Hydro?
Crédit photo : archives Agence QMI
Par Olivier Bourque | Argent

La minicentrale du Village historique Val-Jalbert qui vient d'être autorisée par le Parti québécois pourrait occasionner des pertes de 80 millions $ selon des calculs effectués par la Fondation Rivières.

Ce son de cloche dissonant arrive vendredi, une journée après une sortie du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault qui a aussi dénoncé le projet.

Selon la Fondation Rivières, Hydro-Québec subira des pertes annuelles de 5 millions $ soit 80 millions $ sur 20 ans, période durant laquelle va s'échelonner le contrat signé avec le promoteur, la Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean.

Selon l'organisation, produire cette électricité coûtera 10,5 cents du kWh alors que la société d'État est en situation de surplus depuis plusieurs années et le sera jusqu'en 2027. L'électricité est donc produite pour l'exportation et vendue entre 4 et 5 cents du kWh.

Et le prix à l'exportation risque de demeurer plutôt faible lors des prochaines années en raison du prix du gaz naturel qui est à la baisse.

Tout cela parce que l'exploitation du gaz de schiste aux États-Unis va en augmentant depuis plusieurs années, gardant le prix plus bas. Le prix de l'hydroélectricité tend à suivre les courbes du prix du gaz naturel.

Projet déficitaire?

«C'est clair qu'il s'agit d'un projet déficitaire qui n'est pas dans l'intérêt des Québécois, a affirmé Jean-Sébastien Lalumière, coordonnateur à la Fondation Rivières. Ça n'a pas de sens tout simplement. N'importe qui avec un diplôme de comptabilité n'accepterait pas ce projet.»

«D'autant plus qu'il n'y a pas de création d'emplois avec la minicentrale, a-t-il poursuivi. Donc, on ne voit pas pourquoi on va de l'avant.»

Selon la Fondation Rivières, la minicentrale va aussi faire mal aux emplois touristiques de Val-Jalbert. Elle devrait être construite aux abords du vieux moulin, deuxième attraction du Village historique.

Aux dires de M. Lalumière, le projet irait de l'avant en raison des pressions effectuées par le candidat péquiste de Blainville et actuel président de la Fédération québécoise des municipalités, Bernard Généreux.

«Il a été promoteur depuis le début, a affirmé M. Lalumière. On croit qu'il a pu pousser le dossier.»

Mercredi, la ministre des Ressources naturelles Martine Ouellet a affirmé que le projet a été autorisé parce que les libéraux lui avaient déjà donné le feu vert.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.