Embardée mortelle à Stanbridge East

52 mois de pénitencier pour Érick Brodeur

Première publication 14 décembre 2012 à 11h24
52 mois de pénitencier pour Érick Brodeur
Crédit photo : Archives TVA Nouvelles
Érick Brodeur
Par Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Premier conducteur au Québec accusé d'homicide involontaire en lien avec un accident de la route, Érick Brodeur vient d'être condamné à 4 ans et 4 mois de pénitencier.

Au volant de sa Corvette, il roulait à 189 km/h sur la route 202 à Stanbridge Est quand, au sommet d'une pente, il a perdu la maîtrise de sa Corvette,  frappé un poteau d'Hydro-Québec et effectué plusieurs tonneaux.

Assise sur les genoux du passager dans une voiture deux places, Mélissa Legault a été éjectée et est décédée. «C'est peu sévère comme sentence, mais qui sommes nous pour juger? Nous ne serons jamais satisfaits des lois et rien ne comblera notre perte», c'est ainsi que s'est exprimé Sylvie Normandin, la mère de la jeune femme de 20 ans.

Le conducteur, aujourd'hui âgé de 33 ans, avait deux antécédents de facultés affaiblies au moment de l'accident.

Le soir des tragiques événements, Érick Brodeur avait un taux d'alcoolémie équivalent au double de la limite légale.

Il s'est entêté à conduire même si plusieurs de ses amis ont tenté de l'empêcher de prendre le volant en lui enlevant ses clés.

La poursuite demandait six ans, la défense, trois ans.

Le juge François Marchand de la Cour du Québec a tenu compte de la gravité des circonstances de l'infraction, mais aussi du chemin parcouru par l'accusé depuis la tragédie.

Père de deux jeunes enfants, co-propriétaire d'une entreprise, Érick Brodeur a repris sa vie en main. La preuve révèle qu'il est sobre depuis l'accident et qu'il s'investit activement dans les nombreuses thérapies visant à résoudre ses problèmes de consommation, qui ont débuté à la suite du suicide de son frère en 2007.

«Je vis difficilement avec le poids de mes gestes», avait-il dit lors des représentations sur la peine il y a trois mois.

La dissuasion aurait peut-être justifié une peine encore plus lourde, a indiqué le juge, mais il faut aussi tenir compte de la réhabilitation du délinquant qui éprouve des remords sincères et qui semble être sur la bonne voie.

La mère de la victime était, oui, un peu déçue, mais a accueilli la décision avec sagesse et sérénité: «Je me réjouis que tout soit enfin terminé et qu'on puisse enfin tourner la page sans avoir à toujours revivre ces pénibles événements chaque fois qu'on vient à la cour.»

Mme Normandin affichait le ruban rouge de l'organisme MADD et a conclu avec ce message de sensibilisation: «À l'approche de la période des Fêtes, soyez tous conscients des dangers de consommer de l'alcool et de conduire. Prenez des moyens pour vous assurer de ne pas prendre le volant si vous avez consommé de l'alcool; ça détruit les vies de tout le monde, les victimes, les accusés ainsi que celles de leurs familles...»


 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.