Le ministre de la Santé bénévole d'un soir pour Nez rouge

L'éducation avant la punition

Première publication 21 décembre 2012 à 16h39
TVA Sherbrooke

Nez rouge ne prend pas de vacances. En cette pause du temps des Fêtes, propice aux festivités, les bénévoles seront là pour vous raccompagner au besoin. Alcool, vitesse ou témérité, quelle que soit la cause des accidents qui ont fait la une, le ministre de la Santé Réjean Hébert, bénévole d'un soir à Nez rouge, favorise de loin l'éducation à l'approche punitive pour éviter pareils drames.

Réjean Hébert, bénévole pour Nez Rouge à Sherbrooke(TVA Nouvelles)

Les vacances des Fêtes à nos portes, Nez rouge s'attend à battre des records. Jusqu'à présent, 3549 raccompagnements ont été réalisés dans le Sherbrooke métropolitain.  Jeudi soir, 230 raccompagnements ont été effectués par 80 bénévoles. Parmi ceux-ci, le ministre de la Santé, Réjean Hébert.

19h50: un premier appel. La soirée est lancée!

«On vous envoie une équipe à l'instant!» L'équipe en question, est celle du ministre de la Santé, Réjean Hébert : «On se sent fébrile, ça va être intéressant!»

Jeffrey les attend. Il n'a pris que quelques consommation, mais il tenait à ne courir aucun risque: «Depuis 18h30, je vais être franc, j'ai peut-être pris trois bières... mais regarde, pas de chance à prendre!»

En 2012, deux fois plus de jeunes femmes sont décédées au volant que l'année précédente, selon TVA Nouvelles.

«L'approche punitive dans ce cas ou dans d'autres domaines, je ne pense que ce soit la bonne façon. Je préfère l'éducation», soutient Réjean Hébert. «II faut ajuster nos programmes de prévention pour cibler de nouveaux groupes, comme les filles, pour la cigarette et la témérité au volant...»

En fin de soirée, le ministre avait le sentiment du devoir accompli... Et comme il a apprécié l'expérience: «Je pense que ça deviendra une habitude!»

D'après un reportage de Marie-Pier Cornellier

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.