Corridor de sécurité

Les règles trop souvent mal comprises

Première publication 23 avril 2013 à 12h43
Mise à jour : 23 avril 2013 à 19h05
Par Marie-Pier Cornellier | TVA Sherbrooke
La Loi du corridor de sécurité, adoptée en août dernier, crée encore beaucoup de confusion chez les automobilistes. Toute la semaine, les corps policiers de l'Estrie tiennent des opérations de sensibilisation pour clarifier les aspects de la loi.

Ralentir? Changer de voie? S'immobiliser? Les règles sont loin d'être claires pour tous.

«Quand il y a 2 voix en sens contraire, je ne sais pas si ce que je fais est correct», s'interroge un automobiliste. «Ce n'est pas encore ancré dans les habitudes», a ajouté un autre conducteur.

Corridor de sécurité - Opération Hybride à Bromont (TVA Nouvelles)

Les policiers le confirment: la loi est trop souvent mal comprise. «Il y a une amélioration, mais on voit vraiment que les gens ne savent pas quoi faire», a rapporté Caroline Langlois, sergente à la police de Bromont.

Voilà pourquoi une mise au point s'imposait. Simultanément à Sherbrooke et à Bromont mardi, les policiers ont multiplié les explications aux automobilistes en leur distribuant des dépliants sur les subtilités de la loi.

«On veut démontrer clairement ce qu'on veut comme corridor de sécurité. C'est une voie complète qui sépare le véhicule d'urgence et celui qui arrive», a expliqué la sergente Langlois.

Mais la situation se complique, par exemple, si vous circulez sur une route provinciale où les voies sont à contresens. «On ralentit, on s'immobilise au besoin pour attendre que le véhicule en sens inverse passe et après on change de voie», a précisé Caroline Langlois.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi, 1441 constats d'infraction ont été émis au Québec. Le montant se situe 200$ et 300$ et 4 points d'inaptitudes sont ajoutés au dossier de conduite.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.