Directement de l'espace avec l'astronaute Chris Hadfield

Un échange privilégié

Première publication 29 avril 2013 à 18h48
Un échange privilégié
Crédit photo : TVA Nouvelles
Chris Hadfield, commandant de la station spatiale internationale
Par Anne Préfontaine | TVA Sherbrooke
Des élèves de la polyvalente de Black Lake ont vécu une expérience unique cet après-midi. Ils ont eu un échange avec l'astronaute Chris Hadfield. La conversation avec le commandant de la station spatiale internationale a duré sept minutes, chaque seconde a été précieuse.

Après 14 mois de préparatifs avec la NASA, le moment tant attendu: un échange avec Chris Hadfield.

Quinze élèves, âgés entre 14 et 17ans, ont été choisis pour poser leur question. «Bonjour, je suis Leslie, quel moment de votre mission préférez-vous? Rester devant le hublot, regarder la Terre. C'est incroyable! J'étais stressée. J'avais des papillons dans le ventre! C'est spécial de parler en direct avec la navette spatiale

Vanessa Leblond Drolet Vanessa Leblond Drolet (TVA Nouvelles)

C'est Vanessa, une adolescente de 15 ans, passionnée par l'espace, qui a piloté le projet avec l'aide de son père. «On connaît la vie sur Terre, mais pas dans l'espace. C'est fascinant!» Lorsque la station spatiale internationale s'est trouvée au-dessus de la Colombie-Britannique, un contact d'une durée de sept minutes a été établi grâce aux ondes de radio-amateur avec l'astronaute qui se trouve dans l'espace depuis cinq mois. «La station fait un tour de la terre à tous les 90 minutes. Elle va à 28 000 km à l'heure», indique Luc Drolet, le père de Vanessa. «Qu'est-ce qui vous manque le plus de votre vie sur la Terre? Une douche, mais aussi la pizza. J'avais une grosse boule dans l'estomac. C'était malade!», explique Vincent Gagnon.

Charles Thivierge Charles Thivierge, enseignant à la polyvalente (TVA Nouvelles)

«On n'est pas gêné de dire que notre école n'est pas connue seulement à l'international. Elle est aussi dans l'espace», ajoute Charles Thivierge, enseignant à la polyvalente.

Vanessa en était à sa deuxième expérience de communication avec l'espace. Mais pas question pour elle de devenir une Julie Payette. «Je suis vraiment passionnée, mais j'ai peur de l'espace. Je préfère rester les pieds sur Terre!»

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.