Bécancour

La centrale Gentilly-2 stoppe sa production

Première publication 28 décembre 2012 à 11h27
La centrale Gentilly-2 stoppe sa production
Crédit photo : Agence QMI
Agence QMI

Vingt-neuf années d'histoire prennent fin vendredi, à Bécancour. La centrale Gentilly-2 stoppe sa production d'électricité, alors que son permis d'exploitation vient à échéance.

«Oui, je suis à l'aise, parce que c'est une décision responsable. Par contre, aujourd'hui, est-ce que c'est une journée joyeuse pour les gens qui sentent que là, c'est la fin? Non», explique Noëlla Champagne, député de Champlain pour le Parti québécois.

La première phase de démantèlement de la seule centrale nucléaire du Québec s'amorcera au cours des prochaines semaines et s'échelonnera sur 18 mois. Elle consistera à retirer les barres de combustible du réacteur, à traiter l'eau lourde et à désactiver plusieurs systèmes.

«Pour moi, c'est une nouvelle ère qui s'ouvre», affirme plutôt Christien Simard de Nature Québec. Avec la fermeture, on évite tout problème éventuel pour les 25 prochaines années. ça aurait été ouvert pour 25 ans.»

Du côté des défenseurs de la centrale, on se s'avoue pas vaincu pour autant. Cet arrêt n'a rien d'irréversible.

«Il n'y a aucune activité de déclassement qui se fait tant que le permis n'a pas été donné à Hydro», crois Jean-Denis Girard de la Chambre de commerce de Bécancour.

Durant cette phase, le nombre d'employés en poste à Gentilly-2 passera de 736 à 485. Une grande déception pour Danielle St-Amand du Parti libéral.

«Mais aujourd'hui, on a des familles qui s'en retournent chez elles et qui vont devoir quitter les maisons, les enfants qui vont changer d'école parce qu'il va y avoir des déménagements», déplore-t-elle.

La deuxième phase consistera à laisser la centrale en dormance pendant 40 ans, pour ensuite retirer le combustible usé et démanteler le site.

Hydro-Québec estime que le site sera entièrement restauré en 2062.

Le gouvernement de Pauline Marois avait confirmé la fermeture de la centrale Gentilly-2 quelques jours seulement après son élection, en septembre dernier. Il a aussi annoncé qu'il dépenserait 1,8 milliard $ au cours des 50 prochaines années pour fermer le réacteur pour de bon.

Un fonds de diversification de 200 millions $ est prévu pour aider l'économie locale en Mauricie et au Centre-du-Québec à s'en remettre.

Une commission parlementaire sur les impacts du déclassement de Gentilly-2 et du plan de diversification économique aura lieu les 29 et 30 janvier 2013.


En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.