Service de police de Trois-Rivières

16 suspensions depuis 2009

Première publication 5 juin 2013 à 13h40
TVA Nouvelles

Les quatre policiers du service de police de Trois-Rivières, suspendus sans solde en raison d'une arrestation musclée, ne sont pas les seuls à avoir connu ce sort. Depuis 2009, 16 policiers ont fait l'objet de suspension, dont 11 suspensions définies, 4 suspensions indéfinies et un congédiement.

Diverses raisons peuvent mener à ce genre de situation. Dès que des accusations criminelles sont déposées contre un agent, ce dernier est suspendu sans salaire. Cela a aussi été le cas du policier qui a été congédié pour avoir braqué son arme à feu vers une femme pour des raisons personnelles.

Il est difficile d'évaluer la gravité du phénomène puisqu'aucun ratio n'existe pour comparer les différents postes de police entre eux. Selon Francis Gobeil, directeur de la Sécurité publique de Trois-Rivières, certains rappels sont nécessaires. «Les policiers sont des humains. Certains comportements doivent être rappelés à l'ordre.»


Le directeur de la Sécurité publique de Trois-Rivières, Francis Gobeil (TVA Nouvelles)

Des policiers à Montréal demandent une caméra qu'ils pourraient porter sur leurs vêtements, forme de rappel constant. Cette méthode est écartée par le corps policier de Trois-Rivières. Avec 200 policiers, le coût et la lourdeur de la gestion de ces caméras et de leurs enregistrements seraient trop importants.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.