Un vrai combat de chefs

Louis-François Marcotte en conflit avec son associé

Première publication 7 septembre 2011 à 05h03
 Louis-François Marcotte en conflit avec son associé
Crédit photo : Agence QMI
Par Héloïse Archambault | Le Journal de Montréal

La relation d'affaires entre le chef cuisinier Louis-François Marcotte et son associé, Richard Dorval, semble vouée à l'échec. Ce dernier reproche à l'animateur d'émissions culinaires d'avoir utilisé les ressources de leurs restaurants à des fins personnelles, et veut maintenant l'empêcher d'accéder aux locaux.

Depuis 2008, les deux hommes sont devenus copropriétaires de plusieurs restaurants et services de traiteurs (le Local, le Hangar, Simpléchic, etc.).

Richard Dorval, qui a investi près de deux millions $ dans les entreprises, est l'actionnaire principal, avec 51 % des actions. Louis-François Marcotte détient 49 % des parts.

Le 29 août dernier, Richard Dorval a demandé à la cour Supérieure d'ordonner une injonction interlocutoire provisoire à l'endroit de son associé, puisqu'il dit avoir «totalement perdu confiance en son partenaire d'affaires.»

Empêcher l'accès

Il exigeait notamment que le chef soit suspendu avec solde de ses fonctions d'employé et d'administrateur des compagnies, et voulait l'empêcher de se présenter aux restaurants et de communiquer avec les employés.

Le 30 août dernier, la demande d'injonction a été rejetée. Dans sa décision, la juge Chantal Corriveau dit que d'empêcher Louis-François Marcotte d'avoir accès aux locaux serait "extrêmement néfaste" pour les restaurants.

Plusieurs reproches

Selon le document, Louis-François Marcotte aurait «confondu les actifs des sociétés avec ses propres actifs».

Richard Dorval lui reproche notamment d'avoir eu recours «aux gratuités constantes» des restaurants à l'égard de ses amis ou de l'équipe de tournage.

Par ailleurs, un «événement culminant» aurait mené aux procédures judiciaires. Le 17 août dernier, Richard Dorval aurait congédié le producteur télévisuel de Louis- François Marcotte, Stéphane Cormier.

Le 19 août, MM. Marcotte et Cormier auraient convoqué les employés des restaurants afin de les informer de l'intention du chef cuisinier de «racheter la part de Dorval ».

Manque de jugement

Dans le document, la juge convient que Louis-François Marcotte «semble avoir manqué de jugement ici et là», mais qu'il "semble également qu'il ait appris de ses erreurs."

De son côté, le chef cuisinier dit n'avoir «jamais utilisé pour ses propres besoins les ressources des entreprises».

Enfin, le juge conclut que la survie de l'entreprise se réalisera «avec Dorval ou Marcotte, mais certainement pas avec les deux».

* * *

Extraits du jugement

Dans la demande d'injonction permanente, Richard Dorval, l'associé de Louis-François Marcotte, lui reproche plusieurs choses. En voici quelques-unes.

S'être procuré des électroménagers d' un des fournisseurs des restaurants pour son domicile.

S'être approvisionné d'une caisse de vin au restaurant le Local, alors qu'il tenait une réception pour ses amis à son chalet, au printemps dernier.

Avoir utilisé le restaurant le Local pour filmer ses émissions de télévision sans payer de redevance et d'y nourrir ses équipes de tournage aux frais du restaurant.

Avoir facturé des honoraires de 1 500 $ au restaurant le Local et au Hangar pour venir faire une apparition à des ateliers de cuisine où des convives assistent à une démonstration culinaire privée.

S'être fait livrer à son domicile des tabourets facturés à un des restaurants.

Avoir organisé un cours de sauveteur/secourisme pour ses amis en facturant un des restaurants.

Avoir acquis des cafetières pour des clients alors que cela ne fait aucunement partie des activités normales d'un restaurant.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.