Procès de Christophe Levers

L'accusé dénonce l'attitude agressive de la victime

Première publication 12 novembre 2012 à 20h09
L'accusé dénonce l'attitude agressive de la victime
Crédit photo : Agence QMI
Par Michaël Nguyen | Agence QMI

Accusé d'avoir mortellement poignardé un homme de 28 ans à la suite d'une dispute pour 10 $ de cannabis en mars 2010, Christopher Levers a juré que la victime était responsable de son propre malheur, lundi, devant un jury au palais de justice de Montréal.

L'homme de 31 ans a raconté comment il s'était retrouvé accusé du meurtre non-prémédité de Dave Lockhart, 28 ans. «Je voulais me protéger, je voulais l'effrayer», a-t-il assuré.

La veille du drame, un ami de Lockhart aurait «dépanné» un ami de l'accusé en lui vendant pour 10 $ de cannabis. Mais le lendemain, une dispute a éclaté à propos de cette transaction, selon la preuve dévoilée par la Couronne.

Une rencontre entre les deux groupes avait été organisée dans le stationnement d'un dépanneur de LaSalle.

Selon l'accusé, Lockhart est arrivé «enragé» sur les lieux et s'est mis nez à nez avec l'accusé.

«Je n'avais même pas d'espace pour respirer», a-t-il dit lors de son témoignage, expliquant qu'il était coincé entre Lockhart et sa voiture.

L'accusé aurait tourné la tête et, à ce moment, Lockhart l'aurait frappé «au moins trois fois» au visage. Désorienté, Levers a dit avoir cru voir un «manche noir» dépasser de la ceinture de son assaillant.

Craignant pour sa vie, il aurait alors saisi un couteau qu'il aurait pointé vers Lockhart «pour lui faire peur». Mais, selon lui, «il est rentré dedans».
Lockhart y a laissé la vie, et Levers s'est fait arrêter peu après.

Lors de son interrogatoire par son avocat, l'accusé a expliqué que s'il avait un couteau dans sa voiture, c'est parce qu'il avait mangé une mangue dans son véhicule ce jour-là.

Or, lorsqu'il avait été questionné par les policiers, l'accusé avait plutôt parlé de pomme.
«J'étais désorienté, je n'avais jamais été dans le trouble avant», a assuré Levers lors d'un contre-interrogatoire serré de Me Jacques Dagenais, de la Couronne.

Le procureur s'est d'ailleurs longuement attardé à miner la crédibilité de l'accusé.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.