Procès de Jacques Laperrière

Diffusion de l'interrogatoire de l'accusé

Première publication 14 novembre 2012 à 21h54
Diffusion de l'interrogatoire de l'accusé
Crédit photo : TVA Nouvelles
Jacques Laperrière durant son interrogatoire.
Agence QMI

Le procès devant jury de Jacques Laperrière, accusé du meurtre d'Yves Tessier, s'est poursuivi mercredi au palais de justice de Trois-Rivières.

En cette cinquième journée d'audience, les 12 jurés ont écouté l'enregistrement de l'interrogatoire mené en novembre 2009 par l'enquêteur de la Sûreté du Québec.

Laperrière dit ne pas trop comprendre pourquoi il a été arrêté pour meurtre, alors qu'on lui avait dit qu'on le questionnerait au sujet des événements survenus dans la soirée du 7 novembre 2009. Il affirme ensuite «ne rien à voir avec le décès d'Yves Tessier» et qu'il ne sait pas «de quoi il est mort de toute façon».

Les policiers lui disent finalement que sa conjointe de l'époque, Nathalie Jacob, a tout raconté. Laperrière dit ensuite: «Elle a dû vous dire qu'elle s'est rendue dans la chambre de Tessier, qu'il l'a violée, que je me suis rendu là, que je les ai pris en flagrant délit et à ce moment-là, j'aurais étouffé Yves Tessier».

Toutefois, l'accusé a bien pris soin d'indiquer dans son interrogatoire que lui et son ex-conjointe sont ensuite retournés à leur chambre, que lui, Jacques Laperrière, «ne pique pas avec un couteau».

Lorsque les policiers affirment plus tard savoir qu'il est l'auteur du meurtre, Laperrière continue de nier, disant qu'il n'a rien à voir avec cela, qu'il a étouffé Tessier, mais qu'il ne l'a pas poignardé. Selon l'accusé, ce serait plutôt un dénommé Gonzalez qui l'aurait fait. Ce Gonzalez serait un Sud-Américain, mais personne ne l'a vu ce soir-là, personne ne le connaît.

Vers la fin de l'interrogatoire, qui aura duré presque quatre heures, l'enquêteur tente à nouveau de lui faire avouer qu'il a poignardé Yves Tessier. Laperrière maintient sa version, mais change le nom de celui qu'il accuse pour Rodriguez.

La présentation de l'enregistrement de l'interrogatoire est venue clore la preuve de la poursuite.

Le fil des événements

Jacques Laperrière aurait surpris Jacob et Tessier en train d'avoir une relation sexuelle le soir du 7 novembre 2009. Il aurait ensuite essayé d'étouffer Yves Tessier avant de le poignarder. Il aurait ensuite recouvert son corps avec un sac de couchage et y aurait laissé un bout de papier sur lequel on pouvait lire: «un violeur».

Nathalie Jacob a déjà reconnu sa culpabilité à une accusation d'homicide involontaire dans cette affaire en juin dernier. Elle a été condamnée à une peine de six ans et trois mois de détention.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.