Procès de Joël Therriault

Des témoins racontent que le joueur de l'Isothermic avait annoncé ses intentions

Première publication 15 novembre 2012 à 17h33
Des témoins racontent que le joueur de l'Isothermic avait annoncé ses intentions
Crédit photo : TVA Nouvelles
Joël Thériault
Par Jean-François Desbiens | TVA Sherbrooke

Joël Thériault, l'ancien dur à cuire de l'Isothermic de Thetford Mines, subit son procès depuis lundi au palais de justice de Sherbrooke.  Le hockeyeur de 36 ans est accusé de voies de fait graves sur Alex Lord.

Le 24 septembre 2010, dans un match de la Ligue nord-américaine de hockey opposant Thetford Mines à Sherbrooke, il a asséné une mise en échec par derrière au joueur du Saint-François.

La victime a subi d'importantes blessures: des fractures à l'os de la joue et du maxillaire, une entorse et déchirure ligamentaire à la mâchoire ainsi qu'une commotion cérébrale.

Alex Lord(TVA Nouvelles, archives)

Parmi les témoins de la poursuite, des officiels mineurs, qui travaillaient lors du match, ont raconté que l'accusé a tenu des propos pouvant être considérés incriminants.

L'annonceur et le chronométreur prenaient place au banc des punitions, l'accusé, à leurs côtés. Thériault aurait crié à l'arbitre: «Je vais te donner une vraie raison de me punir... je vais poigner le prochain que je vois en sortant du banc !!!»

C'était quelques instants avant la violente mise en échec.

Pour le procureur aux poursuites criminelles, le geste n'était pas le plus vicieux et dangereux à être posé sur une patinoire. Il le considère toutefois comme une agression qu'on ne peut ignorer. «Vous posez les mêmes gestes sur la rue, est-ce que c'est criminel? Poser la question c'est y répondre. Le risque assumable pour un joueur, c'est quand il encaisse un coup légal, pas un coup illégal. On dirait que le droit est en retard sur ce qui se passe dans le sport. On hésite à accuser les gens, pourtant, ils ne doivent pas bénéficier d'immunité parce que ça se passe sur une patinoire.»

La défense a demandé de remettre la suite du procès au 21 décembre; elle souhaite faire entendre un témoin expert, Luc Lachapelle, qui a longtemps œuvré comme arbitre en chef dans la Ligue junior majeure du Québec.

Voir le reportage de Jean-François Desbiens

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.