Décision de la Cour suprême

Un homme rate la circoncision de son fils: sa condamnation maintenue

Première publication 16 novembre 2012 à 15h32
Par Brigitte Pellerin | Agence QMI

La Cour suprême a maintenu la condamnation d'un homme de Colombie-Britannique qui avait tenté de circoncire son fils âgé de quatre ans sur le plancher de la cuisine familiale. En 2009, il avait été reconnu coupable par la Cour d'appel de sa province de négligence criminelle causant des lésions corporelles, de voies de fait graves et d'agression armée.

Le plus haut tribunal du pays devait établir si son geste était permis en vertu de la liberté de religion. Le père, membre des Témoins de Jéhovah, a affirmé qu'il était convaincu que la circoncision est nécessaire pour «normaliser les choses auprès de Dieu».

De son côté, le mouvement des Témoins de Jéhovah n'approuve ni ne condamne cette pratique.
La circoncision ratée a eu lieu en avril 2007. Le père a utilisé une lame à couper les tapis achetée dans une quincaillerie et l'a stérilisée. Il n'a administré aucun produit anesthésiant à son fils, à l'exception de quatre onces d'hydromel. L'intervention a provoqué d'importants saignements. «[L'enfant] n'a pas été circoncis, peut-on lire dans les documents de la Couronne soumis à la Cour suprême. Il a été mutilé.»

Selon la Couronne, le père manquait de connaissances médicales. Il avait en 2005 déjà tenté de se circoncire lui-même et avait dû être hospitalisé.

L'homme a aussi avancé n'avoir eu aucune intention de blesser son fils, avoir pris toutes les précautions de sécurité, y compris de consulter des médecins (qui lui avaient déconseillé de pratiquer l'intervention) et s'être informé sur internet au sujet de la circoncision.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.