Meurtre d'un chauffeur de taxi

Pas de libération avant 12 ans pour Nigel John

Première publication 16 novembre 2012 à 16h01
Pas de libération avant 12 ans pour Nigel John
Crédit photo : Gracieuseté
Par Michael Nguyen | Agence QMI

Condamné à la prison à vie pour le meurtre brutal d'un chauffeur de taxi innocent, Nigel John devra purger au moins 12 ans de pénitencier avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.

«C'est un crime horrible, brutal et dénué de sens», a qualifié la juge Sophie Bourque en décrivant le meurtre de Mohammad Nehar-Belaid.

Tête baissée, les yeux fermés, l'accusé de 30 ans n'a pas réagi tout au long du prononcé de la sentence vendredi, au palais de justice de Montréal.

Le 29 novembre dernier, M. Nehar-Belaid, un chauffeur de taxi de 64 ans, s'était fait poignarder à 10 reprises, dont un coup après sa mort. L'auteur du crime avait volé le véhicule, caché le corps dans le taxi en plus de dérober environ 1000 $ à la victime. Sauf que John avait laissé des traces. Il avait été filmé peu après le meurtre dans une station-service, tentant de payer de l'essence et des cigarillos avec la carte de crédit de l'accusé. Il avait également laissé ses empreintes digitales et des traces d'ADN dans le taxi, retrouvé quelques jours plus tard.

«(La victime) était un mari, un père, un tuteur, un partenaire de hockey, a rappelé la magistrate. Tout ça s'est évanoui.»

Après trois ans d'angoisse pour la famille de la victime, Nigel John a finalement été reconnu coupable de meurtre non-prémédité. Il a écopé hier d'une peine de prison à vie, et il devra purger au minimum 12 années derrière les barreaux.

«Il ne sera jamais complètement libre, il aura toujours des conditions à respecter », a souligné la juge Bourque avant de rendre sa décision.

Compte tenu de la détention préventive, il reste à l'accusé neuf ans avant de pouvoir présenter une demande de libération conditionnelle.

Émotions

La condamnation de John a mis fin à une longue saga de trois ans. La veuve de la victime, qui avait été présente tout au long du processus judiciaire, n'était cependant pas présente pour cet épilogue.

C'est que la semaine dernière, Yamina Boukalba avait livré un émouvant témoignage sur la difficulté qu'elle avait à vivre depuis que son mari depuis 42 ans avait été tué, pour une poignée de dollars.

Témoignant en larme, elle s'était effondrée en pleine audience, pour finalement quitter en ambulance. Sa fille avait pris le relais, témoignant de la douleur de toute la famille d'avoir perdu un homme apprécié de tous, qui était à quelques mois de la retraite «pour s'occuper de sa famille».

«Les deux femmes ont témoigné avec dignité, calme et respect», a d'ailleurs souligné la magistrate.

La mère de Nigel John avait elle aussi livré un témoignage poignant, expliquant que son fils, irresponsable, avait toujours vécu dans la solitude.

Nigel John, de son côté, s'était excusé pour ses gestes «qui ont brisé deux familles».

Me Hélène Di Salvo de la Couronne réclamait un minimum de 15 ans, rappelant que les chauffeurs de taxi étaient des personnes vulnérables. Mes

Alexandra Longueville et Josiane Michel de la défense réclamaient de leur part dix ans, plaidant que l'accusé n'avait pas d'antécédents judiciaires en matière de violence.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.