Ontario

Injection dans le postérieur: de lourdes séquelles pour une victime

Première publication 16 novembre 2012 à 16h52
Injection dans le postérieur: de lourdes séquelles pour une victime
Crédit photo : pmmainjection.com
Site Internet opéré par l'accusée.
Par Irene Thomaidis | Agence QMI

Une femme de 28 ans qui cherchait à améliorer l'apparence de son postérieur par injection s'est plutôt retrouvée à l'hôpital, malade et incapable de s'asseoir.

La procédure a d'ailleurs valu des accusations criminelles contre une femme de 46 ans, Marilyn Ely Reid, de Newmarket, au nord de Toronto, qui manipulait la seringue qui contenait du PMMA (polyméthacrylate de méthyle), un gel acrylique utilisé pour fabriquer des verres en plastique.

L'accusée annonçait ses services d'amélioration des lèvres, des muscles et du fessier par injection sur le site web www.pmmainjection.com, et donnait rendez-vous à ses clients dans un hôtel ou chez eux, a raconté la police.

Le site dit : «Nous créons la perfection».

Des personnes auraient payé des milliers de dollars, en argent comptant, pour obtenir les services, a indiqué la détective Louise Farrugia, vendredi.

C'est le 26 août dernier que la présumée victime a reçu ses injections de PMMA. Elle est tombée malade presque immédiatement, a précisé la détective Farrugia. Sa condition s'est détériorée au point où elle a dû être hospitalisée trois jours plus tard, et opérée pour lui retirer la substance.

Plusieurs mois après la procédure, la femme éprouve toujours des difficultés à marcher, et elle ne peut s'asseoir.

Farrugia a comparu vendredi en cour à Toronto. Elle a été accusée de négligence criminelle causant des blessures.

La police craint qu'il y ait d'autres victimes.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.