Congrégation de Sainte-Croix

Un deuxième frère doit être arrêté

Première publication 29 décembre 2012 à 12h47
Mise à jour : 29 décembre 2012 à 19h53
Un deuxième frère doit être arrêté
Crédit photo : archives
Par Elizabeth Laplante et Paule Veilleux-Turcotte | Agence QMI

La police de Montréal a confirmé samedi qu'un deuxième frère de la Congrégation de Sainte-Croix devrait être arrêté prochainement pour des agressions sexuelles commises entre 1966 et 1980.

Un mandat d'arrestation a été émis le 6 décembre contre le frère Olivain Leblanc, âgé de 70 ans, qui pourrait faire face à des accusations de sodomie, de grossière indécence et d'attentat à la pudeur.

Vendredi, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait déjà révélé que des accusations semblables pourraient être déposées contre le frère Georges Sarrazin, âgé de 91 ans. La police a spécifié que le frère Sarrazin, qui fait également partie de la Congrégation de Sainte-Croix, devrait être arrêté en janvier à la suite de plaintes déposées par d'anciens élèves du Collège Notre-Dame, à Montréal.

«La Congrégation de Sainte-Croix collabore avec les autorités dans le dossier», a indiqué la présidente de Massy Forget Langlois relations publiques, Mylène Forget. Cette dernière a précisé qu'aucun autre commentaire ne serait émis par la congrégation.

Lors des faits reprochés, le frère Sarrazin était enseignant à l'établissement scolaire, a indiqué le SPVM. Or, le frère Olivain Leblanc a également été enseignant au Collège Notre-Dame par le passé.

Au total, quatre personnes ont porté plainte contre les deux hommes pour des gestes commis entre 1966 et 1980, a indiqué la porte-parole du SPVM, Anie Lemieux.

«À partir du moment où une personne décide de confronter son agresseur, c'est quelque chose de positif pour moi», a pour sa part commenté le porte-parole des victimes des religieux de Sainte-Croix, Sébastien Richard.

Questionnée à savoir pourquoi la police tardait à arrêter les deux hommes, la porte-parole du SPVM a expliqué que les deux suspects «ont des problèmes de santé importants, donc des mesures vont être prises pour s'adapter à la situation».

Vendredi, la police avait indiqué qu'une entente avait été prise entre les enquêteurs et les avocats de M. Sarrazin afin qu'il ne soit arrêté qu'au début janvier, et ce, en raison de son âge et de son état de santé précaire.

Recours collectif

En 2009, un recours collectif avait été déposé contre la Congrégation des frères de Sainte-Croix pour des gestes à caractère sexuel commis par ses membres sur des élèves des collèges Notre-Dame, Saint-Césaire ainsi que de l'école Notre-Dame à Pohénégamook, dans le Bas-Saint-Laurent.

En octobre 2011, dans une entente hors cour, la Congrégation de Sainte-Croix avait convenu de verser une somme de 18 millions $ aux étudiants qui avaient été victimes de sévices sexuels de la part de membres de la congrégation ou encore d'un laïc, entre 1950 et 2001. Selon M. Richard, qui déplore la lenteur des procédures dans ce dossier, aucune indemnité n'a encore été versée aux 220 victimes qui font partie du recours collectif.

Le frère Olivain Leblanc a déjà fait les manchettes en 2010. Un ancien étudiant du Collège Notre-Dame avait confié à «The Gazette» qu'entre 1978 et 1981, il avait été agressé sexuellement par le frère Olivain Leblanc et qu'il avait reçu, au début des années 90, une somme de 250 000$ de la part du collège en échange de son silence.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.