Haliburton en Ontario

Des loups rentrent au bercail après une virée en liberté

Première publication 2 janvier 2013 à 13h34
Mise à jour : 2 janvier 2013 à 18h36
Des loups rentrent au bercail après une virée en liberté
Crédit photo : Archives AFP
La réserve saccagée abrite une meute de 12 loups tous élevés en captivité.
Par Angelica Blenich | Agence QMI

Trois des quatre loups qui se sont échappés lundi soir d'une réserve faunique privée de Haliburton, en Ontario, après que des vandales eurent endommagé la clôture, sont rentrés au bercail mercredi.

Les responsables de la Réserve forestière et faunique de Haliburton, située à quelque 215 km au nord-est de Toronto, croient que le quatrième animal, un mâle dominant du nom de Haida, a été abattu par balle par un automobiliste, qui aurait ensuite récupéré sa carcasse.

Les loups qui sont revenus à la réserve n'étaient cependant pas rentrés dans leur enclos mercredi après-midi.

«Ils sont tout juste à l'extérieur de la clôture, a dit le propriétaire de la réserve, Peter Schleifenbaum. Ils veulent entrer dans l'enclos, il s'agit simplement de leur donner l'occasion de le faire.»

Le personnel a tenté de les attirer à l'intérieur avec de la nourriture, tout en gardant le reste de la meute dans l'enclos.

Les employés n'ont pas pu s'approcher suffisamment près des loups pour utiliser des tranquillisants.

«Nous faisons affaire avec des animaux qui ont peur des humains et qui ne nous approchent pas», a précisé M. Schliefenbaum.

Traces de sang

Il a indiqué que des employés de la réserve circulant en voiture mardi avaient remarqué des traces de sang à quelque 200 mètres au nord de l'enclos.

«(Haida) a été ramassé, nous avons très bien vu les indices, nous connaissons bien nos loups et nous en sommes certains à 99,9%», a dit le propriétaire de la réserve privée.

Les ouvertures dans la clôture ont été pratiquées entre 17h et 19h lundi soir. «Nous avons rapidement constaté que ce n'était pas un arbre qui avait coupé la clôture, mais bien des individus qui avaient délibérément fait de larges trous», a dit M. Schliefenbaum.

C'est la première fois que se produit un tel incident à cette réserve, qui a ouvert ses portes en 1996 et qui comporte un site d'observation à l'intention du public.

«Nous n'avons jamais fait l'objet de menaces, n'avons jamais reçu de messages ou de trucs du genre», a résumé le propriétaire.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.