Mon topo
Musique pour un chauffeur de la STL
Crédit photo : Crédit photo: Marjolaine Laurin, Mon Topo
Claudia Néron, TVA Nouvelles
Distraction au volant
Musique pour un chauffeur de la STL

Un chauffeur de la Société de transport de Laval (STL) a été surpris écouteurs aux oreilles alors qu'il était au volant de son autobus sur le boulevard Henri-Bourassa dans le Nord de Montréal.

Une situation inacceptable selon une automobiliste, Marjolaine Laurin, qui nous a contactés par Mon Topo.

«Déjà que ce boulevard est dangereux en raison de la circulation élevée, voilà que les chauffeurs ont le droit de se brancher sur leur iPod ? Si quelqu'un le klaxonne, il ne l'entendra pas. Ce chauffeur expose les usagers à un risque inutile», nous dit-elle.

À la STL, la porte-parole, Marie-Claire Bourgault déplore aussi ce type de comportement.

«C'est certain que ce n'est pas permis à nos chauffeurs d'avoir des écouteurs au volant, ils doivent en tout temps être attentifs à ce qui se passe sur la route. Ils pourraient d'ailleurs se retrouver avec une contravention», explique-t-elle.

En effet, selon l'article 440 du Code de la sécurité routière, il est interdit de conduire un véhicule routier ou une bicyclette en portant des écouteurs «sauf pour l'utilisation d'un appareil servant à l'échange de conversations», c'est-à-dire, si les écouteurs jouent le rôle de système mains libres.

Les contrevenants à cet article courent le risque de se retrouver avec une contravention de 52$, frais inclus.

D'autres cas qui font réagir

Au début de la semaine, le Journal de Montréal rapportait l'histoire d'une chauffeuse d'autobus qui consultait les spéciaux dans une circulaire alors qu'elle se trouvait au volant d'un véhicule de la Société de transport de Montréal (STM). Cela s'est produit le 5 avril dernier dans la bretelle menant à l'autoroute 720 dans l'échangeur Turcot.

La STM a identifié cette dernière et elle a été rencontrée. Impossible toutefois de connaître la sanction qui sera associée à son comportement.

«Rendu à ce stade, il s'agit de régie interne», indique la porte-parole de la STM, Amélie Régis.

Pour ce qui est du conducteur de la STL qui écoutait de la musique, comme l'automobiliste qui a pris la photo n'a pas noté le numéro de l'autobus, son chauffeur est plus difficile à identifier. L'évènement s'est produit le samedi 2 mars, en milieu d'après-midi.

La porte-parole de la société de transport invite toutefois la population à dénoncer ce genre de comportement.

«En notant le numéro d'autobus en cause ainsi que la date et l'heure exacte, c'est certain qu'il y aura une intervention. Lorsqu'un chauffeur est pris en défaut, il est rencontré par son superviseur. S'il y a récidive, un suivi est fait de façon plus systématique», précise Marie-Céline Bourgault.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.