Mon topo
Claudia Néron, TVA Nouvelles
Tunnel Ville-Marie
Un morceau de béton se détache

Alors qu'il circulait dans le tunnel Ville-Marie en pleine heure de pointe lundi en fin d'après-midi, Bruno Gagnon a eu toute une frousse. Il a vu un morceau, qui semblait être du béton, se détacher du plafond du tunnel avant de percuter son pare-brise du côté passager.

Heureusement, il était seul à bord de son véhicule et le morceau n'a pas traversé complètement son pare-brise. «Le pire a été évité, mais j'ai quand même reçu des morceaux de verre sur mes vêtements et j'avais de la poussière de verre dans les sourcils, dans les cils. J'ai quand même réussi à sortir du tunnel avant de m'arrêter un peu plus loin», nous raconte-t-il.


(Crédit photo: Mon Topo, Bruno Gagnon)

Comme la circulation était dense, il ne circulait pas à très grande vitesse. Il roulait à environ 50 kilomètres à l'heure dans la voie de droite en direction Est. «J'ai été chanceux que ce ne soit pas plus grave! Je n'avais pas de crainte avant lorsque j'empruntais des tunnels, mais la prochaine fois, je ne pourrai m'empêcher de penser aux risques», nous dit-il.

L'automobiliste de Québec qui était à Montréal pour un voyage d'affaires a donc dû prolonger son séjour dans la métropole d'une nuit le temps que sa voiture soit réparée. Son employeur, à qui appartient le véhicule qu'il conduisait au moment des évènements, devra probablement faire une réclamation à son assureur.

Il n'a pas fait de plainte à la police, mais il a signalé l'évènement au ministère des Transports du Québec via son site web.

Le MTQ enquête

Dès que le ministère a reçu la plainte, un expert a été dépêché sur les lieux pour vérifier si la structure du tunnel présentait des risques pour la sécurité des automobilistes.

«Sur place, on n'a pas retrouvé de débris à l'endroit où l'automobiliste nous l'avait signalé soit, près de la sortie du tunnel. À l'entrée toutefois, il y a un morceau de béton de 2 pouces par 3 pouces qui a été observé», explique la porte-parole du MTQ, Sarah Bensadoun.

Elle ajoute aussi que le plafond du tunnel Ville-Marie est recouvert de tuiles de protection grises qui peuvent avoir l'air en béton, mais qui sont beaucoup plus légères et donc, moins dommageables en cas de bris.

Le tunnel Ville-Marie de l'autoroute 720 fait partie des structures qui sont suivies de près par Transports Québec depuis l'effondrement d'un de ses paralumes, un morceau de béton de 20 mètres par 20 mètres, à l'été 2011.

Depuis, tous les paralumes ont été retirés et un programme d'entretien régulier est respecté.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.